Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


core qui est Mgr. Cecconi atteſte qu’on le voïoit encore de ſon tems au flambeau, à ſa place primitive dans la partie des ruines du Temple d’enbas, dont on a fait le Cellier du Séminaire à quoi la rendit propre la forme reçue pour le myſtère des Sorts.

La diſtinction des Temples ſi bien établie par l’autorité que nous venons d’expoſer demeure tres-viſible dans les ruines même. Celles d’en-haut & celles d’en-bas se montrent pour avoir appartenu à des édifices différens non ſeulement par leur diſtance qui eſt de plus d’un mille, mais encore par la qualité de tout l’espace intermédiaire. Cet espace offre l’amphitéatre de deux murs de cette Fabrique que nous verrons devoir être rapportée à celle que Vitruve appelé incerrtaine. On a regardé ces murs comme uniſſant ſuffiſamment les ruines : mais il eſt manifeſte qu’ils ne peuvent être pris que pour des murs de la plus invincible ſéparation. Le preuve s’en tire de leur objet que nous verrons plus clairement sur Cori où il y en a & du même genre & en plus grand nombre, avoir été 1’apui des terreins deſtinés à être le Sol des rues qu’