Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


emploïa la même matière & la même manière. Il n’eſt pas juſqu’au rempliſſage d’un mauvais ouvrage à rezeau operis reticulati, qui eſt de quelque reſtauration fort poſtérieure, qu’on ne voïe également aux deux ruines.


CVII. Indications de pluſieurs autres bâtiments qui leur ſervoient d’accompagnement.

Ces moïens de rapport auroient été cependant fort inutiles à cauſe de la diſtance où j’ai dit qu’étoient les deux Temples : on le rendît ſenſible par un grand nombre d’accompagnemens qu’on leur donna d’après un plan général. L’examen bien attentif des ruines aprend qu’on en forma des places devant chacun des Temples. Les grands batimens latéraux de celle dont l’emicicle du Temple d’enhaut forma le fond, ſont encore tres-reconnoiſſables, ainſi que la Terraſſe la plus ſuperbe ſur-tout pour les vues qui en compoſa le devant. Je conjecturerois que ces deux grands édifices furent l’un l’École Fauſtiniènne ſorte de Saint-Cyr antique dont il eſt parlé dans la Vie des Antonins, & qu’une Inſcription montre à Préneſte. (Les Filles n’auroient pu être mieux que dans un ſi grand voiſinage du Temple ſi fréquente par les Mères) & l’autre par conſéquent