Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle est vers la porte du Soleil de 20. à 24. palmes, c’eſt-à-dire, double de ce qu’on la voit plus haut.

Tout étonnant qu’eſt ce premier ouvrage que je viens de décrire, il l’eſt encore moins peut-être que le ſecond nommé par le Géographe antique, je veux dire, les ſouterrains dont on perça tout le Mont tout compoſé qu’il eſt de Pierre & de Marbre. Ils ſsubſistent également encore. Les uns ont été toujours connus comme ceux qui portent encore l’eau à Paleſtrine d’une vallée éloignée des Montagnes, & les autres ſe découvrent ſelon les occaſions. Un jeune Garçon curieux de ſuivre une ouverture trouvée vers la Madonna de la Villa pût arriver juſqu’aux caves de la Villa-Petrini où ſa voix & ſon apparition penſèrent faire mourir de peur un vielle Jardinière de la fille de laquelle je l’ai apris. Ce ſouterrain qui communiquoit ainſi d’un endroit de la Ville ou étoit le Fore, comme nous l’allons voir, juſque dans la Campagne, s’annonceroit par-là pour celui, que Strabon dit avoir été mémorable par la mort du Jeune Marius. Ce Héros né avec un courage capable de le rendre ſupérieur à ſon Père mê-