Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


digué à des Hiſtrions [1]. Je n’ai pu découvrir à Paleſtrine aucuns veſtiges de ces deux ouvrages publics, qui ſont les ſeuls qui en ont laſſé en un infinité d’endroits, mais j’ai penſé qu’on ne pouvoit meconnoitre la place naturelle du premier qu’offre la Vallée formée par le Mont de la Ville, & par Colle-Martino. Si ma conjecture est juſte les deux Peſchiere de Colle-Martino auront été deux immenſes réſervoirs d’ eaux, l’un pour en fournir la portion de la Ville, qui occupoit cette Colline, & l’ autre pour ſervir aux uſages de l’amphitéatre.


CXIII. Campagne de Préneſte expoſition de Strabon touchant la Rivière qui l’arroſe.

Telle fut la Ville de Prénéſte, le Géographe qui ſert de Guide, n’ajoute ainſi qu’on l’a vu touchant ſa Campagne ſinon qu’elle étoit arroſée par le Vérèſe. Ce qu’exprime & ce que tait une ſi courte notice mérite également qu’on s’y arrête. Cluvier crut que la Rivière qu’elle nom-

  1. Il y en a en particulier d’un de ces personnages nommé Septentrion dont j’ en ai vu auſſi une à Civita-lavinia, qui eſt l’ancicn Lanuvium. Suarez en rapporte une autre du même d’Antibes.