Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du Soleil, puiſque deux ſeules voutes de ſubſtruction qui s’y ſont conſervées, offrent une grandeur qu’on chercheroit envain dans les ruines des édifices particuliers, & que le chateau dont elles ſont les reſtes, dans cette ſituation dût être aſſés juſtement au niveau du Temple : Symm. paſſim in epiſt. lib. III. ep. 50. lib. IX. ep. 78. &c.Le troiſième Maiſon de Plaiſance enfin fut celle des Symmaques que le grand frais que lui attribue le plus célèbre d’entr’eux me feroit placer aux ruines de la Colline que ſon ſurnom de Cécilienne n’eſt pas une preuve qu’on doive rapporter à quelque Cœcilius qu’aucun Monument ne montre à Préneſte, & qui peut avoir trait à Cæculus révéré dans cette Ville comme Fondateur.


CXVI. Examen & Réfutation du ſentiment qui y place la M. de C. d’Hor.

C’eſt dans le lieu dont je viens de donner les notices que la IV. Opinion, qu’il s’agit enfin d’examiner ici, montre Maiſon de Campagne d’Horace. J’ai dit que ce fut Biondi qui en fut l’Auteur. « L’intelligence qui ſe fait remarquer dans la deſcription des Monts de Préneſte par Strabon, dit-il ſingulièrement, n’empêche pas qu’elle ne manque de la mention de la Maiſon de Campagne qu’Horace eut ſur ces mêmes