Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avoir établi par ces paroles ſa seconde Opinion montre la préférence qu’il lui donne ſur la première, en la faiſant ſuivre d’une de ces liſtes, dont j’ai parlé quelque part, de tous les textes d’Horace relatifs à ſa Campagne, mais ſe donnant bien de garde de faire au lieu qu’il aſſigne, la moindre aplication des caractères qu’ils expriment.


CXIX. Inexactitudes des relations même de Biondi, Vraie idée des lieux.

J’obſerverai dabord ſur tous les textes de Biondi qui annoncent ou qui forment l’opinion, les inexactitudes qui les rempliſſent. J’excuſerois la place donnée à Vacone ſur la gauche de l’Hymelle quoiqu’il en occupe la droite par le ſens dans lequel il pût regarder cette rivière, s’il n’en nommoit pas au ſujet de Malliano le coté véritable qui ſe juge touchant les Rivières par le sens de leur cours. Par le même déraut d’idées claires ſur le même point, il place l’Abaïe de Farfa ſur la droite de la Rivière du même nom, quoiqu’elle soit ſur la gauche d’une autre petite Rivière appellée Riana qui eſt elle-même à la gauche de la Farfa dans


    tur. Hor. ad Quint. : Scribetur tibi forma loquaciter. Et les autres textes que j’ai dit compoſer la liſte dont Biondi à la vérité paroit le premier Auteur. Ibid. pag. 334.