Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


connoitre le Temple d’Horace à Vacone, dans l’intention de rendre plus probable la ſituation de ſa Campagne dans la Vallée de Farfa, il ſuffit de remarquer d’un coté qu’il n’eſt parlé dans Horace du Temple de Vacune que comme d’un terme d’une des promenades de ſa Campagne, & d’aprendre de l’autre, que Vacone qualifié de Voiſin (Car c’eſt le ſeul ſens raiſonnable qu’on puiſſe donner à l’épitéte Propinquum Villæ qui lui eſt ſi ſingulièrement donnée dans un lieu où la Villa n’avoit pas encore été nommée) que Vacone dis-je est à 15. Milles de Farfa ; que la longueur de l’intervalle n’eſt rien cependant en comparaiſon de ſes autres qualités relatives à une promenade commode, qui ſont la Farfa à paſſer, les Monts où eſt Poggio-Mirteto à franchir, les territoires pleins de Montées & de deſcentes de Cantalupo & de Torri à traverſer, & enfin le Mont même de Vacone à gravir, ce qu’on peut bien aſſurer que perſonne ne fut tenté de faire par recréation.

Le même eſprit préſida au trait de Rio-Sole. La Vallée de Farfa est pleine