Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du raiſonnement de Biondi c’eſt qu’il ſuppose & que la Vallée de Farfa eſt une vraie interruption de la chaînes que cette Vallée soit la ſeule dans l’étendue que cette chaîne forme. Ce qui a été dit du ſens, dans lequel la Vallée de Farfa en eſt une, montre le peu de fondement de la première de ces ſuppoſitions ; & la ſeconde ne semble faite que pour contredire le proverbe qu’il n’y a pas des Montagnes ſans Vallées ; proverbe qui n’eſt vérifié par aucunes autant que par celles dont nous parlons qui en forment des continuelles. Je fonderai la qualité de Mons-Severus de Virgile que je donnerai au Mont-S. Jean qui en occupe, le milieu ſur les Vallées qui l’entourent dans tous les ſens.

Cette raison dont Biondi établit ſon opinion, avoit été précédée ainſi que nous devons nous le rapeler, des deux traits deſtinés à y préparer, qui ſont, que Vacone eſt ainſi nommé du Temple de Vacune, dont Horace parle comme d’un caractère de ſa Campagne, & que Rio-Sole de Monte-libretti eſt la Digence qui en forme un autre. Mais pour faire juger de la prudence qu’il y eut de re-