Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/395

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


diſoit être ceux ſous lesquels Tiburnus l’ainé des trois frères, & par-là ſon premier Roi fut inauguré [1].

Ce n’eſt pas encore là pourtant toute l’antiquité de la Ville dont nous parlons. Tiburnus ainſi que ſes deux frères Catille & Corax n’étoient que trois Chefs de ces Aborigènes grecs d’extraction dont nous parlerons ailleurs d’après Dénis d’Halicarnaſſe, qui avoient fait leurs premiers établiſſemens dans la contrée Réitine, mais qui en étant chaſſés par les Sabins furent obligés de ſe retirer vers le Latium, ce qui leur fit changer leur nom en celui de Latins. Les Peuples qui habitoient ce dernier Païs avant eux étoient les Sicules. Ceux-ci avoient déja bati Tibur comme le prouve tres-bien Dénis

  1. Tiburtes originem multo ante Urbem Romam habent. Apud eos extant Ilices tres etiam Tiburno Conditore eorum vetuſtiores apud quas inauguratus traditur ; fuiſſe autem eum tradunt filium Amphiarai qui apud Thébas obierit una ætate ante Iliacum Bellum. Plin. Hiſt. nat. lib. XVI. cap. 44. J’ai interprété le nom d’ætas emploié par le Naturaliſte qui veut dire quelquefois une génération comme chez Horace, Altera jam teritur bellis civilibus Ætas. Epod. I. 16., par Siécle, quiſqu’outre que ce n’eſt pas moins un de ſes ſens, ainsi qu’on le voit dans des paroles de Neſtor chez Ovide (Met. XII. v. 187.) Vixi annos bis centum jam tertia vivitur Ætas, c’eſt manifeſtement le ſeul dont il puiſſe être queſtion ici.