Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/406

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


di à ſon attentat. Il n’eut cependant pour cauſe que l’ignorance qui empecha d’en ſaiſir l’esprit ſoit en général, ſoit en particulier dans les vers qui expriment les merveilles de Tibur qu’on prit pour prétexte de tout le deſordre. L’ode eſt adreſſée au fameux Munatius Plancus qui fut l’auteur du titre d’Auguſte donné au ſecond de Céſars, mais qui n’éprouva pas moins une viciſſitude d’évenemens fort aſſortie à celle de ſes humeurs. Horace lui adreſſa l’ode dans l’objet de l’engager à ſe laiſſer moins frapper de ceux qui pouvoient lui être moins agréables, & comme il se trouvoit vraiſemblablement Tiburis Umbra tui.à Tibur, où l’ode dit expreſſement qu’il avoit un chateau, le premier moien qu’il lui en ſuggére, eſt tiré de ce chateau même, ſitué ſelon lui dans un lieu préférable aux plus renommés. Ce n’étoit pas un homme de la qualité de Plancus qui pouvoit apliquer toujours le réméde de ſa belle Campagne aux maux des noirs ſoucis. Cela engage le Poëte à en ajouter un autre également propre à renforcer le premier lorſqu’il pouvoit ſe prendre, & à le ſuppléer lorſque les emplois l’ar-