Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/410

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſont les Carrières vielles & nouvelles, que c’eſt de là que ſortirent également Rome ancienne & Rome moderne. Ce n’eſt là cependant que le moindre prodige de la vertu petrificative. Un effet beaucoup plus rare, c’eſt les croûtes que les eaux forment ſur leur ſurface & qui au moien de la Terre & des ſemences que les vents leur portent, s’y métamorphoſent en Isles flottantes ; on voit ces petites terres couvertes de leur verdure tantôt occuper le milieu des Eaux, tantôt aller ſe heurter contre tous les bords ſelon les vents qui les pouſſent. La choſe eſt la plus curieuſe à voir. On peut s’en former une idée plus pleine par la relation que fait Pline-le-jeune des Isles du Lac Vadimon [1]. Les Isles de ce dernier ſe

  1. Ad quæ noscenda iter ingredi, transmittere mare solemus ea ſub oculis posita negligimus… Lacus Vadimonis… innatant insulæ herbidæ… sua cuique figura, ut modus, cunctis margo derasus quia frequenter, vel littori vel ſibi illisæ terunt terunturque… interdum junctæ copulatæque & continenti similes ſunt. Interdum discordantibus ventis digeruntur… sæpe minores majoribus, velut Cymbulæ onerariæ adhæreſcunt : rurſus omnes in eundem locum adpulsæ qua ſteterunt promovent terram, & modo hac modo illac reddunt… conſtat pecora herbas ſequuta ſic in inſulas illas ut in extremam ripam procedere ſolere ; nec prius intelligere mobile ſolum, quam littore abrepta undique lacum pavent &c. Plinius Jun. lib'. VIII. ep. 3.