Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/411

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſont non ſeulement ſsi multipliées, mais ſi acrochées enſemble depuis le tems de cet Auteur, qu’elle l’ont fait diſparoitre, & qu’on n’en rcconnoit que la place à un grand emplacement de terre ſulphureuſe près Baſſanello.

Itinéraire d’Antonin & les Tables de Peutinger ad aquatique Albulas M.P. XVI.Le lieu de la Souffrière de Tivoli aujourdui ne peut être ni plus nud ni plus abandonné, mais la choſe devoit être ſi différente anciennement qu’il eſt marqué ſur les Itinéraires comme un terme de route particulier. Les Monumens en effet font foi d’un grand nombre d’ouvrages ſacrés & profanes qui s’y voioient. C’eſt là où, nous allons voir qu’étoit un Oracle célèbre, qui n’y étoit pas ſans ſon bois ni ſans ſon Temple. C’eſt par la raiſon de cet Oracle, qu’on y décora le lieu d’un Temple des Muſes dont le nom de Vates eſt celui de Propheteſſes. Nous aprenons de Martial, que ce Temple étoit orné en particulier d’un Portique dont la chute qui penſa écraſer un Régulus fournît à l’épigrammatique beaucoup de pointes [1]. On trouva le Sié-

  1. Itur ad Herculei gelidas qua Tiburis arces
         Canaque ſulfureis Albula fumat aquis