Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


te du même Poëte ſonde ſur la ſituation de cette Nymphe ſur les plus hautes Montagnes de Tibur [1], ce qui ne ſauroit exclurre plus préciſément la Souffrière qui ſe voit dans la plaine.

J’avoue que frappé une fois de la première de ces objections, non ſeulement je cherchai s’il n’y auroit pas dans les environs de Laurentum, dont j’ai eu occasion de dire qu’on voit les ruines certaines vers Torre-Paterna, une Souffrière telle que la décrit Virgile, mais que j’avois cru quaſi l’avoir trouvée dans le lieu appellé la Solfatara d’Altieri. Il s’annonce pour ce que ſon nom exprime par la Mephite qu’il répand aſſes au loin ; & quoiqu’il n’offre dabord aucune Eau, le premier coup d’œil n’appercevant qu’une Vallée en prairie, il ne tarde pas à la montrer de la manière la plus curieuſe. On peut compter les pas qu’y font les Boeufs qui y paiſſent par les jets d’eau, dont ils manquent peu d’être ſuivis. Ces animaux peſans ne réaliſent pas ſeulement par là, mais ils multiplient

  1. Albunea alta quia est in Tiburtinis Altiſſimis Montibus. Servius in Virgil.