Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/414

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


c’eſt la ſource d’une Eau, qui eſt la Maiſon de la Nimphe qui la forme, comme on le voit dans un autre endroit de Æn. lib. I.
v. 171.
Virgile, où il dit : Intus aquæ dulces Nympharum Domus.

La Souffrière trouve à la vérité dans le texte de Virgile une preuve qu’elle n’a pas dans celle d’Horace dans ce qui y en eſt dit ; qu’elle exhale une horrible Mephite qui eſt l’odeur inſupportable de ſouffre dont j’ai déja eu occaſion de parler. Mais il paroit qu’elle y trouve deux grandes difficultés. La première eſt tirée de la nature de l’Oracle qualifié de Faunus Père de Latinus qui avoit régné ainſi que ſon Fils à Laurentum, dont l’Oracle ne devoit pas se trouver par conſéquent à Tibur, qui ne fit point partie de son Empire, ce qui fit prononcer à un tres-Ancien Commentateur de Virgile, que l’Albunée étoit une forêt Laurentine où étoit un Oracle de Faunus [1] ; la seconde est formée par l’Épitéte de haute que le texte donne à Albunée qu’un autre Interprête de la même da-

  1. Probus ait Albuneam eſſe Laurentinorum Sylvam, in qua erat Oraculum Fauni. Pomp. Sabin. in h. loc. Virgil.