Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/421

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


roule fort commodément ſes Flots juſqu’à la Ville dont nous parlons ; mais lorſqu’il y eſt arrivé le terrein lui manque net ſous les pas, & il eſt forcé de ſe jetter dans le plus affreux des précipices non ſans montrer la plus écumante rage, & ſans pouſſer les plus horribles mugiſſemens. C’eſt la fameuſe Caſcade de Tivoli, dont la vue fait l’admiration des Curieux. Ils n’en voient cependant ordinairement qu’une partie qui eſt celle où la plus majeſtueuſe nappe d’eau qui couvre le terrein qui ſe dérobe, contraſte avec le déſordre des ondes que produit le fond étroit, enfermé & hériſſé des rochers qui les reçoit. D’autres portions conſidérables de la merveille ſe trouvent dans le précipice où l’on ne peut ſe rendre à la vérité que par un chemin qui n’eſt ouvert qu’à 1’audace. Là on voit que la violence des flots précipités leur a percé des deux cotés un rocher affreux, à travers des quels ils font deux nouvelles chutes les plus ſingulières, qui ne ſont pas cependant les dernières, puiſque après le plus court eſpace, qui ne donne aux eaux diviſées que le tems de ſe réunir, elles ſont encore obligées d’en faire