Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


primitifs qui n’en connoiſſoient pas de ſi grandes, ni enfin avec les autres autorités qui paroiſſent ne pas comprendre tout le mont dans la Ville. Il faut dire par conſéquent qu’Albe fut comme pluſieurs autres Cités antiques, nommément comme Préneſte qui conſerve à cet égard ſon ancien ne forme, qu’elle fut dis-je batie en long au bas de la Montagne, & renfermant ſeulement par quelque enceinte ; elle n’aura eu ſur le ſommet que la Citadelle, ce qui s’accorde tres-bien avec le Temple de Jupiter qui y étoit, la place de ce Dieu étant toujours dans cette partie des Villes qu'on croioit qu’il s’étoit réſervée.


XI. Sa Grandeur. Métropole des preſque toutes les Villes Latines.

Albe placée là ſous les plus heureux auſpices y proſpéra tellement qu’elle ne devint pas ſeulement une Ville des plus conſidérables mais qu’elle en enfanta une infinité d’autres. Pline parle de plus de cinquante trois Villes latines détruites. Les Ligues Latines étoient compoſées de trente qui étoient ſans doute les plus conſidérables. Denis parlant d’une de leurs aſſemblées dont le lieu étoit Ferentium pour le retabliſſement des Tarquins dit : qu’il s’y trouva outre les Tuſculans & les Ariciens qui étoient les chefs de l’affaire, les