Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/449

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peut reconnoitre dans quelqu’unes des ruines voiſines de celles du Caſſianum, on peut dire que les deux fameux Chefs des Conjurés contre Céſar, y furent Voiſins de Campagne ; que leur projet ne fut pas exécuté à Rome par conſéquent ſans qu’il en eut été diſcouru à Tibur .


CXLII. Tiburtinum douteux d’Auguſte : celui de Mécéne. Éloge de celui-ci.

Ces deux personnages qu’on appella les derniers Romains purent faire périr Céſar ſous leurs coups ; mais ils durent tomber à leur tour devant Octavien. Celui-ci & fut le ſucceſſeur de ſon pouvoir Monarchique, & doit en être regardé comme le vrai auteur pour l’avoir établi ſon retour. C’eſt ce nouveau Maître qui paroit le premier à Tibur dans l’époque qu’il forma. Nous l’y avons déja vu soit ſur les Portiques du Temple d’Hercule, ſoit aux Albules. Mais l’Hiſtoire qui nous aprend ſi expreſſément ſes fréquens Voïages de Tibur, nous a laiſſé ignorer le logis qu’il y avoit. On pourroit conjecturer de ce silence, qu’il n’y en eut aucun propre, ainſi que du trait qu’elle ajoute que le moindre mal qu’il ſentoit lui étoit un motif de ſe faire porter dans


    Filius… Paroles du Père d’un Brusus rapportées par Cic. de Orat. lib. v.