Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à gauche, où le Lac & la ville même de Nemus étoient de ſa dépendance. C’étoit un Manius de la Maiſon de ce nom tres-illuſtre à Aricie, qui avoit donné lieu à cette derniere par le Temple qu’il y éleva à la Diane Taurique de Scythie. Le Prêtre appellé Roi ne devenoit tel ſelon le rit barbare que par le meurtre de ſon prédéceſſeur. Il étoit toujours armé & en garde contre le succeſſeur qu’il pouroit avoir par la même voie. Les Romains y avoient une ſi grande dévotion que le veſtibule formé de Voiles appendus aux arbres ſacrés étoit rempli de tableaux de leur vœux. Les Dames Romaines ne craignoient pas de s’y rendre à pied malgré la diſtance de plus de ſeize mille, le front ceint de couronnes & des Torches allumés en main [1]. Du tems de Martin V. les Pêcheurs du Lac ne ſe plaignoient que des embarras

  1. Vallis Aricinæ Silva præcinctus opaca
         Est locus antiqua relligione Sacer :
    Hic latet Hyppolitus loris diremptus equorum
         Unde nemus nullis illud aditur equis :
    Licia dependent longas velantia ſepes.
         Et poſita eſt meritæ multa Tabella Deæ.
    Sæpe potens voti frontem redimita coronis
         Femina, lucentes portat ab urbe faces.
    Regna tenent manibus fortes pedibuſque fugaces
         Et perit exemplo poſtmodo quiſque ſuo.
                Ovid. Faſt. lib III. v. 265