Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/475

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’aucune aplication à la M. de Camp. d’Hor. parceque ce Poëte parle manifeſtement des Campagnes Tiburtine & Sabine, comme de deux Campagnes diſtinctes. On me permettra en faveur d’un point ſi conſidérable, de répéter que c’eſt dans cette strophe de l’Ode à Calliope fait mention des deux dont il s’agit, de la manière la plus capable de prouver qu’il entend, qu’elles furent entièrement différentes. Il ne les y nomme pas ſeulement toutes les deux, mais il leur donne les caractères, & le rang qui établiſſent leur entière diſtinction. La Sabine y eſt qualifiée de Païs qui donne le plus de matière au courage par les difficultés qui le rempliſſent, arduos Sabinos, & Tibur y reçoit l’épitéte ſi oppoſée de Supinum qui en exprimoit ſi bien le phyſique & le moral ; le phyſique à cauſe de ſa nature, de la plus agréable des collines entre deux Monts dont l’un paroit lui ſervir de chevet & l’autre d’apui des pieds ; & le moral, à cauſe de ce loisir & de ce repos dont il faiſoit profeſſion. Le rang dans le quel ces deux Campagnes ſont nommées n’eſt pas moins remarqua-