Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/478

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Non content de lui mettre dans la bouche une ſaleté [1], qui en feroit l’homme du plus mauvais ton, il lui fait écrire à Mécéne, d’engager Horace à venir prendre part à ſa Table Roiale [2]. Il eſt connu que ce Prince évita juſqu’à l’ombre de cette dernière expreſſsion. On voit le ſoin qu’il avoit d’exercer jusqu’à ſon plus plein pouvoir ſous les noms les plus populaires dans cette monoïe frappée à ſon coin, après que les honneurs divins lui eurent été accordés. Il voulut qu’on y mit que ç’avoit été avec le conſentement du Sénat, de l’Ordre équeſtre & du Peuple Romain [3]. Le trait qui regarde la M. de Camp. d’Horace eſt traité avec le même gout. À entendre le Biographe c’eſt la même Campagne qui étoit Sabine ou Tiburtine, contre ce que nous venons de voir d’après Horace même, que les Campagnes Tiburtine & Sabine furent diverſes ; & cette première erreur en entraînant néceſſairement une ſeconde, il parle du logément qu’

  1. Inter alios jocos penem puriſſimum appellabat.
                            Vit. Hor. de Aug.

  2. Veniet ab hac paraſitica menſa ad hanc regiam. Ibid.
  3. Conſenſu Senat. Equeſt. q. ord. & P.R. Médaille de mon cabinet… je ne me rappelle pas d’avoir vu ailleurs cette inſertion de l’ordre equeſtre.