Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/481

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur celle qu’il y poſſédoit. On y a vu que quoiqu’il ne la qualifie que de Maiſonette Villula, & que toute ſituée qu’elle étoit dans un lieu, où elle ne put être que ſans aucun dehors, l’esſtime légale qui en avoit été faite l’avoit portée à quinze-mille-deux-cens nummes. Si ces nummes n’avoient été que des Seſterces d’argent à qui on en donnoit le nom, la ſomme ſpécifiée n’auroit été qu’un doux zéphir. Elle ne ſe trouvoit le vent que l’épigramme exprime, que parcequ’elle reſultoit de nummes d’or, non des plus petits que j’ai dit être de la valeur de 20. Seſterces, mais de ces autres qui étoient le quadruple de ces premiers, que l’uſage commun exprimoit par ce nom, comme on le voit par Dion [1]. D’après ces notions les 15200.

  1. Χρυσον… νομισμα ϰαι ειϰοσι δραχμας δυναμενον… ὀνομαζω. Dio. lib. LV. L’Hiſtorien grec faite ſes nummes ainſi que l’on voit de 25. Drachmes Gréques qui étoient à-peu-près comme le Dénier Romain. Il ne devoit être cependant que de 20. Deniers, parceque les monoïes d’or de Rome n’étoient exactement que le double, le quadruple & l’octuple de celle qui portoit écrite ſa valeur de 20. Seſt. qui faiſoient 5. den, ; enſorte qu’elles devoient être de 5. de 10. de 20. ou de 40. deniers. Le numme uſité étant celui de Vingt-déniers, étoit par là de la valeur de la pi-