Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/493

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’Horace ; c’eſt ſous le Mont qu’on les voit enſuite. L’article de Monte-libretti ne fait mention que d’une ruine obſervée à Vacone ; mais celui de Vacone diſtingue les veſtiges du Temple de ceux du Chateau ceux qu’on voit au Bourg, & ceux qu’offre le lieu de ſon territoire appelé le Grotte. Tantot il qualifie les ruines du Chateau ſeulement de voisines de celles du Temple, & tantôt il parle des unes & des autres comme ſi elles étoient enfermées dans la même enceinte. La vérité eſt qu’à Vacone, il n’y a des ruines qu’en un ſeul lieu vers le haut du Mont ſous les Bourg au lieu apelé le Grotte. Si Piazza en a parlé comme ſi elles ſe voioient en grand nombre & en pluſieurs lieux, c’eſt qu’il l’a fait non d’après ce qu’il en avoit vu, mais d’après ce qu’il en avoit lu dans pluſieurs auteurs qui ont parlé différemment du même objet par la différente manière dont il l’avoient enviſagé. L’érudition de Piazza conſiſta à les copier tous. Cette méthode de recueillir & d’emploier ce qu’on trouve ſur les matières qu’on ne poſſéde pas, fit faire pire à Piazza. Quoiqu’il établiſſe de la manière qu’on à vu, que c’eſt la Fontaine de Vacone, qui eſt la Fontaine Blanduſie,