Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de ce Prodige. La réponſe pour le coup ne fut ni fauſſe ni mystérieuſe. Elle conſiſta à dire qu’il falloit remédier au mal par un Émiſſaire.

On y en voit un le plus digne de remarque. Les ſeules choſes que nous avons dit montrent qu'antiquement le niveau de l’eau ne connoiſſoit d’autre régie que la hauteur du Cratère. Elle ne le remplit pas ſeulement du tems du ſiège de Veïes, mais elle se répandit par deſſus jusqu’à menacer toute la Campagne de la plus terrible inondation ; & c’eſt ce qui forma le prodige que j’ai dit avoir tant inquiété Rome. L’État préſent du Lac ne ſauroit être plus différent. Son eau n’eſt pas ſeulement renfermée, mais tres-enfoncée dans son Cratère qui la surmonte de preſque un demi-mille : & elle n’eſt pas moins fixée que reduite au point bas où l’on la voit. Cet heureux effet qui eut le double avantage & d’écarter tous les anciens inconvéniens, & de découvrir un nouveau terrein fort conſidérable, s’opére par le moïen de l’émiſſaire.


XVII. Beauté de l’Émiſſaire du Lac d’Albe. Selon les apparences ne remonte pas plus haut que les Empereurs.

On conçoit la grandeur & la beauté d’un tel travail, dont le principal trait eſt la hardieſſe qu’il y eut à aller ſaigner le Lac à une ſi grande profondeur. La tran-