Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXV. Leurs effets conformes aux Vues politiques de Rome.

Expoſer ſeulement cette nature des Féries, c’eſt faire sentir la Vertu que je leur ai attribuée. Fondées ſur l’union elles ne reſpiroient qu’elle, & elles la produiſoient d’elles-mêmes. Il étoit impoſſible, que leur célébration un peu réitérée n’acoutumat peu-à-peu les Latins à ſe régarder comme un corps compoſé des membres les plus inſéparables. Il ne reſtoit à Rome, que d’en devenir la tête. Les Fêtes ne pourvurent pas moins à ce ſecond point qu’au premier. Ce que j’en ai rapporté montre que le ſistême en étoit en apparence la plus parfaite égalité, mais on a du remarquer deux points qui ſuffiſoient ſeuls pour établir dans les Romains la qualité de Chefs. Ces deux points ſont l’indiction qu’ils en faiſoient, & la préſidence qu’ils en avoient ſans compter le Sacrificateur qu’ils fourniſſoient. Ils n’eu-


    Romano Qniririwn Religioni fuit. Id cnm ad Senatum relatuom eſſet, Senatuſque ad Collegium Pontificum rejeciſſet, Pontificibus quia non rite Latinæ eſſent, inſtauratis Latinis placuit Lanuvinos quorum opera inſtauratæ eſſent hoſtias præbere. Tit. Liv. lib. XLI. n. 16. ... Feriæ Latinæ Pontificum Decreto instauraræ ſunt, quod legati ab Ardea queſti in Senatu erant ſibi in Monte Albano Latinis Carnem ut affolet datam non eſſe. ibid. Lib. XXXII. n. 1. Latinæ instaurâtæ quod Laurentibus Carnes quæ dari debum datæ non fuirant. Ibid. Lib. XXXVII. n. 3.