Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fut autre ſans doute que les mœurs champêtres & paſtorales des premiers tems des Fêtes, comme leur groſſièreté produisit l’horreur des ſacrifices humains, dont nous ſavons qu’ elles furent ſouillées [1]. Les Fêtes formerent ſur le mont-d’Albe le Bourg appellé Forum-populûm, des peuples qui contribuerent à le compoſer. La place qu’il dut occuper eſt ce qu’on appelle les Prés de Rocca-di-Papa au deſſus du bourg de ce nom. C’eſt comme une place immenſe formée par la Nature même ſur le dos que le Mont-d’Albe étend au loin derrière lui. Là dut être par conſéquent le Palais que Rome eut ſur le Mont d’Albe pour ſes Conſuls & non à Pallazuolo ainſi que le prétend Holſtenius, qui touchant Albe en particulier a pris des équivoques,

    ditur Rex Latinus, qui prælio adverſus Mezentium nunquam apparuerit judicatuſque fit, factus Jupiter Latiaris, itaque per ſex dies Fériates requirere cum non ſolum in terris, ſed etiam quia videretur cœlum poſſe adiri per oſcillationem… memoriamque reintegrari initio acceptæ vitæ per motus cunarum, lactiſque alimentum, quia per eos dies Feriarum & oſcillis moveantur, & lactata potione utantur. Feſt. P. de Verb. Sig. lib. 13.

  1. Funditur humanunus latiari in munere ſanguis. Prad. in Simm.