Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


quelle on avoit ſoustrait la Capitale de la Campanie, cette Garnison Romaine, dis-je, nous eſt peinte comme faiſant Halte, & comme ſe fortifiant ſur les mêmes Monts [1]. Comme elle y arriva par la Voïe Appienne, il eſt probable qu’elle occupa le lieu précis où eſt préſentement Albano. C’eſt ſans doute du même poſte, que purent s’emparer du tems de Sylla, Metellus, Craſſus, & Octave, qui voulurent mais envain pour ce moment arrêter les progrès de Marius & de Cinna [2]. Mais ce ne furent là que des Logemens paſſagers de troupes, qui prouvent même qu’il n’y en avoit pas de ſtables. On ne dut pas penſer ſi tôt en effet, à munir un lieu aux portes de la Capitale dans un Empire dons les confins & par conſéquent les ennemis étoient ſi loin : mais on n’en devoit pas moins s’y déterminer enfin. Les Conquérans du Monde

  1. In agrum Albanum perveniunt & ſub jugo Albæ Longæ Caſtra Vallo cingunt. Voïez tout le trait dans Tite-Liv. lib. VII. n. 58. & ſuivans.
  2. Μαριος ϗ Κιννας ειλε Αντιον ϗ Αριϰιαν, Οϰταȣιȣ ϗ Κρασσȣ ϗ Μετελλȣ περι το ορος το Αλϐανον αυτοις αντιϰαθεμενων. Appian. de bello civ. lib. I. post medium.