Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


incertaine, mais ſa réalité n’eſt point douteuse. Lorſque l’Histoire raconte la mort des deux Maximins devant Aquilée qu’ils aſſiégeoient, elle marque expreſſément qu’elle leur fut donnée par cette partie de leur propre Armée qui avoit ſon quartier sur le Mont d’Albe [1]. Ce quartier au reſte étoit ſi fixe qu’un des Hiſtoriens de qui nous aprennons le fait que nous venons d’entendre dit poſitivement que les meurtriers y avoient leurs femmes & leurs enfans [2]. Nul monument ne nous en indique la ſituation préciſe ; mais deux raiſons me le font placer dans l’endroit où eſt l’Abbaïe ; la première, que c’eſt dans cette partie que les Empereurs eurent leur Albanum ainſi que je le dirai bientôt, & la ſeconde que c’eſt là qu’on en voit tres-probablement les Veſtiges dans ces pans de mur antique, qui portent le logement de l’Abbé.

  1. Milites quorum adfectus in Albano Monte, erant medio forte die quum a prælio quieſceretur Maximinum & filium ejus quieſcentes in tentorio poſitos occiderunt. Jul. Capitol. in Maxim.
  2. Στρατιοται οἱ ϛρατοπεδον εἰχον ἀϖο το ϰαλȣμενον ὁ&ρος Αλϐανον ενθα παιδας ϗ γυναιϰας ϰαταλελοιπεσαν, φονευσαι τον Μαξιμινον. Herodian. lib. VIII.