Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


effet que la Maiſon de plaiſance que Pompée eut juſtement dans ce lieu : que le nom d’Albanum qu’il porte n’eſt que l’abrégé d’Albanum Pompeii qu’il eut dans ſa naissance. On oppoſera peut être à ce raiſonnement qu’il prouve trop, puis qu’il ſuppoſeroit que l’Albanum de Pompée fut une ſorte de Ville du tems de Pompée même ; mais la choſe toute extraordinaire qu’elle paroit a été très-poſſible. Nous avons entendu Strabon ne parler des Chateaux des Romains que ſous le nom de Maiſons Roïales. Un Albanum moins célébre que celui de Pompée qui étoit celui de Clodius avoit des Batimens pour loger des miliers de perſonne, comme nous l’aprend Cicéron [1]. La grandeur de ces lieux, & la multitude qui s’y trouvoit étoient d’autant plus capables de les faire reſſembler plutôt à des Villes qu’à des demeures particulières, que la foule qui les habitoit étoit ordinairement d’Eſclaves de tous les métiers dont ils travailloient au proffit de leurs Maîtres, qu’on y voïoit par conſéquent toutes ſor-

  1. Ante fundum Clodii quo in fundo propter inſanas illas ſubſtructiones facile mille hominum verſabatur valentium. Cic. pro Mil. n. 53.