Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


te d’atteliers & de Boutiques. L’Albanum de Pompée ſe trouvant ſur la plus ſuperbe ainſi que ſur la plus fréquentée des Voïes, ſes lntendans n’auront pas manqué d’apliquer une partie d’entr’eux, à la profeſſion d’Aubergiſtes la plus lucrative qu’ils y pouvoient faire vû ſa ſituation, & comme l’air d’Albanum n’aura pas été moins recherché ſans doute des anciens Romains qu’il l’eſt des Romains modernes, aux ſuperbes Hôtelleries capables d’attirer les Voïageurs ils auront joint comme nous avons vû que Cicéron l’avoit fait dans son Cluvianum des Maiſons-à-louer qui auront pû y fixer même les Étrangers. Il n’eſt pas beſoin de dire l’effet merveilleux qu’aura fait dans l’objet dont nous parlons la ſi renommée Voïe Appienne qui traverſoit tous ces Batimens ; elle s’y fera métamorphoſée d’elle-même en magnifique rue. Rien de ſi aiſé par conſéquent que ce qui parait d’abord difficile à comprendre, que l’Albanum de Pompée ait pu devenir dés le tems de Pompée même une ſorte de Ville. Ainsi les Cités ſont-elles appelées Villes en notre Langue du nom Latin Villæ, qui veut dire Maiſons-de-Campagne, des