Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 3.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


confiance dés mon entrée dans la Vallée, le lieu que la M. de Camp. d’Hor. avoit du y occuper. Les mêmes raiſons m’obligerent à plus forte raiſon à perſiſter dans le ſentiment que les Ruines juſqu’àlors méconnues qui y furent découvertes en effet, étoient celles du Chateau d’Horace, malgré d’autres Ruines que la même Vallée offre, mais dans un lieu, qui n’a le Soleil levant que par ſes derrières. Celles-ci ſont les veſtiges de quelque bâtiment bien magnifiques s’il est vrai, ainſi qu’on me l’aſſura à Licence, que c’eſt du lieu elles ſont, qu’ont été tirés tant les deux Chapitaux Ioniques, qni ornent les deux cotés d’une ſorte de cellier dans ce Bourg, que d’autres pièces encore plus rares qu’on me dit avoir été tranſportées. Ces Ruines s’annonceroient pour celles d’un ſecond Temple du quartier, d’après leur ſeule poſition dans le lieu de la Vallée le moins propre aux délices d’une Maiſon de Plaiſance. Comme Horace cependant parle d’un Cervius ſon voiſin de Campagne comme d’un homme qui ne devoit pas être fort éminent pour le gout [1],

  1. Cervius inter hæc Vicinus garrit aniles
    Ex re Fabellas. Horat. lib. II. Sat. 6.