Page:Chevallier - Du café (1862).djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
53
DU CAFÉ ET DE SES FALSIFICATIONS.

grand nombre d’autres épiciers ou spécialistes vendant du café.

Ce café ne présente donc rien de nouveau, et s’il est vendu il faudra nettement déclarer qu’il a été enrobé par une matière sucrée lors de la torréfaction.


DU CARAMEL, DU TONIAH, DIT CAFÉ TONIAH.

L’emploi de substances colorantes pour donner à l’infusion du café une couleur plus foncée, s’étant répandu et le goût des personnes qui en font usage s’étant perverti, un sieur S… et une demoiselle M… ont eu l’idée de colorer le café par le caramel, comme on colore les sauces dans nos cuisines, à cet effet, ils ont demandé le 16 mai 1844, à M. le ministre du commerce, un brevet dont voici la teneur :

« Le café toniah n’est autre que le mélange du café en boisson avec la mélasse préparée. Il est généralement reconnu que le café naturel est de sa nature très échauffant, et par cela même nuisible à beaucoup de personnes ; aussi le prend-on d’ordinaire mélangé, entre autres avec la chicorée qui a une saveur âcre, et dont la couleur n’est pas pure.

» Le mélange du café avec la mélasse préparée est un excellent tonique, d’une saveur et d’une odeur agréables, et qui est considéré par beaucoup de médecins étrangers, comme très utile à la santé[1].

» La mélasse préparée présente l’avantage de rendre le café très salubre et moins dispendieux, elle se dissout très facilement dans l’eau chaude, sans laisser aucune trace du marc, et constitue un liquide coloré d’une grande pureté ; son avantage particulier est d’être rafraîchissante et de n’agiter sous aucun rapport.

» Sa préparation consiste, lorsqu’elle provient du com-

  1. On se demande comment, dans un brevet, on tolère de pareilles réclames.