Page:Chevreul - De la baguette divinatoire, 1854.djvu/223

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pourtant une fois encore sur des métaux et vit sans s’émouvoir qu’elle ne lui tournait plus.

Conclusion. — Identique à la précédente.

Histoire du prieur Barde, de M. du Pernan, chanoine de Saint-Chef, et de M. Expié.

Premier fait. — Ces trois personnes faisaient tourner la baguette. M. Expié, après J. Aymar, était le plus renommé par sa puissance.

Deuxième fait. — Après avoir prié Dieu de leur ôter leur puissance si elle était illicite, ils la perdirent (107).

Conclusion. — Identique aux précédentes.

236.Toutes les personnes qui faisaient tourner la baguette n’avaient pas la même prétention que J. Aymar : de là le procédé qu’elles employaient pour reconnaître la nature d’un corps caché sensible à la baguette ; il consistait à mettre celle-ci en contact avec un corps connu. Mais en parlant de ce procédé, j’ai fait remarquer qu’il sortait absolument du domaine de la science, car les uns, comme Mlle Martin, prétendaient que, dans le cas d’identité des deux corps, le mouvement de la baguette est augmenté, tandis que les autres, comme M. Peisson (105), comme la personne religieuse dont parle le père Ménestrier (117), concluaient l’identité de la cessation du mouvement. Au point de vue scientifique, de tels résultats sont absurdes, parce qu’on ne peut attribuer dans les mêmes circonstances deux effets contraires l’un à l’autre à une même cause. Mais, en en faisant la remarque, je me suis engagé à les expliquer de la manière la plus sa-