Page:Chevreul - De la baguette divinatoire, 1854.djvu/233

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

circonstance où il y a repos de celle où il y a mouvement (178 et 179).

251.Première circonstance : repos.

On conçoit qu’il peut y avoir repos dans les trois cas suivants :

Premier cas. — Les mains sont appliquées perpendiculairement sur la table ; dès lors sa stabilité dans la position où elle est, se trouve augmentée de cette pression.

Deuxième cas. — Les mains appliquées sur la table cessent de la presser perpendiculairement, il y a donc action latérale. Comme il y a plusieurs mains, si l’action latérale de gauche à droite neutralise la pression latérale de droite à gauche, ou, en d’autres termes, si la résultante des forces est égale à zéro, il ne peut y avoir de mouvement.

Troisième cas. — La résultante des forces latérales n’étant pas égale à zéro est insuffisante pour vaincre l’inertie de la table.

252.Deuxième circonstance : mouvement.

Il y a mouvement de la table toutes les fois :

1°. Que les mains ne pressent pas perpendiculairement la table ;

2°. Que la résultante des forces agissant latéralement n’est pas égale à zéro ;

3°. Que cette résultante est assez énergique pour vaincre l’inertie de la table.

253.Bien des gens qui n’ont jamais cherché à se rendre compte de la manière dont un corps en repos