Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lettre LIII

Du Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil

J’ai vu Danceny, mais je n’en ai obtenu qu’une demi-confidence ; il s’est obstiné, surtout, à me taire le nom de la petite Volanges, dont il ne m’a parlé que comme d’une femme très sage, & même un peu dévote ; à cela près, il m’a raconté avec assez de sévérité son aventure, & surtout le dernier événement. Je l’ai échauffé autant que j’ai pu, & l’ai beaucoup plaisanté sur sa délicatesse & ses scrupules ; mais il paraît qu’il y tient, & je ne puis pas répondre de lui : au reste, je pourrai vous en dire davantage après demain. Je le mène demain à Versailles, & je m’occuperai à le scruter pendant la route.

J’espère dans le rendez-vous qui a dû avoir lieu aujourd’hui. Il se pourrait que tout s’y fût passé à notre satisfaction ; & peut-être ne nous reste-t-il à présent qu’à en arracher l’aveu, & en recueillir les preuves. Cette besogne vous sera plus facile qu’à moi : car la petite personne est plus confiante, ou, ce qui revient au même, plus bavarde, que son discret amoureux. Cependant j’y ferai mon possible.

Adieu, ma belle amie ; je suis fort pressé ; je ne vous verrai ni ce soir, ni demain : si de votre côté vous avez su quelque chose, écrivez-moi un mot pour mon retour. Je reviendrai sûrement coucher à Paris.

De … ce 3 septembre 17… au soir.