Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dire une fois, une seule fois, combien je l’aime. M. de Valmont lui a promis que si je me laissais conduire, il nous procurerait l’occasion de nous revoir. Je ferai bien assez ce qu’il voudra ; mais je ne peux pas concevoir que cela soit possible.[1]

Adieu, ma bonne amie, je n’ai plus de place.

Du château de… 14 septembre 17…



Lettre LXXVI

Du Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil

Ou votre lettre est un persiflage, que je n’ai pas compris, ou vous étiez, en me l’écrivant, dans un délire très dangereux. Si je vous connaissais moins, ma belle amie, je serais vraiment très effrayé ; & quoi que vous en puissiez dire, je ne m’effraierais pas trop facilement.

  1. Mademoiselle de Volanges ayant, peu de temps après, changé de confidente, comme on le verra par la suite de ces lettres, on ne trouvera plus dans ce recueil aucune de celles qu'elle a continué d'écrire à son amie de couvent : elles n'apprendraient rien au lecteur.