Page:Chouinard - Histoire de la paroisse de Saint-Joseph de Carleton (1755-1906), 1906.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 61 —

rope pour acquérir, au nom de cette institution, une bibliothèque médicale, des préparations anatomiques et des instruments de chirurgie. À son retour, le printemps suivant, il se mit ardemment au devoir de son professorat et, pendant plus d’un quart de siècle, il les accomplit avec une constance qui ne faiblit jamais. Sa réputation de chirurgien était incontestée et s’étendait au loin. Partout où il fut connu, il jouissait d’une popularité bien mérité. Il était membre correspondant de la Société d’Anthropologie de Paris et membre honoraire de la Société d’Émulation de Louvain.

Le docteur Landry était chirurgien à l’Hôpital de l’Hôtel-Dieu, aux Ursulines et au Bon-Pasteur ; de plus médecin consultant chez les Sœurs de la Charité et dans d’autres institutions où se présentent d’ordinaire des cas sérieux de chirurgie. Il fut pendant longtemps médecin visiteur et chirurgien à l’Hôpital de la Marine. Il résigna cet emploi en 1880.

Il fut aussi pendant longtemps médecin des Révds Pères Jésuites. À une certaine époque, il fut chirurgien du 24ème et du 11ème régiment de l’armée anglaise.

Il se maria le 31 août 1844, à Mademoiselle Caroline Lelièvre, fille de Benjamin Lelièvre, notaire dans la ville de Québec. Onze enfants, dont l’honorable Sénateur Landry, de Québec, naquirent de ce mariage. Madame Landry mourut en octobre 1870.

Le Dr Landry s’endormit dans le Seigneur le 17 juin 1884. C’était un grand chrétien et un homme de foi très vive.

M. Painchaud est le premier qui ait laissé un recensement complet de Carleton et de ses environs : il remonte à 1810. Il y avait à cette époque à Carleton, y compris La Nouvelle et Maria, le tout formant alors une seule paroisse, 684 âmes. À Ristigouche et Cascapédiac, les sauvages 300 âmes ; les blancs : Ristigouche 166 catholiques,