Page:Clémenceau-Jacquemaire - Madame Roland, 1926.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
69
LA RÉVOLUTION

Elle va aux Jacobins où, « dans un transport inexprimable, genou en terre, épée nue à la main », est renouvelé le serment « de vivre libre ou de mourir ». Soudain, arrive la nouvelle que « le roi et sa femme » ont été arrêtés en Lorraine, par une petite municipalité, près de Stenay. Trente à quarante mille gardes nationaux accourus dans le moment ont entouré les « grands brigands ». Que fera-t-on ? se demande-t-elle. Puis elle répond à la question sur un ton fort grave :

Il me semble qu’il faudrait mettre le mannequin royal en séquestre et faire le procès à sa femme.

Le sinistre Vadier, futur président du Comité de Sûreté Générale, était au même instant à la tribune et faisait un véhément appel à une « Convention nationale qui jugerait le roi, ce roi fugitif ». Il s’était écrié, avec une violence inouïe, que Louis XVI était parjure, traître à la patrie, « brigand couronné », ce qui avait soulevé la tempête dans l’Assemblée.

L’indignation de Mme Roland — c’est une étrange rencontre — s’exprime dans des termes identiques. Au moment où Vadier disait « brigands couronnés », elle écrivait « grands brigands ».

Jusqu’à présent elle s’était tenue, disait-elle, « au rôle paisible et au genre d’influence propres à son sexe ». C’était bien tant que la paix durait. Mais, puisque le roi a déclaré la guerre, Mme Roland, « persuadée que le zèle et une bonne pensée peuvent quelquefois être très utiles », va se faire inscrire aux Sociétés fraternelles, qu’elle n’avait pas beaucoup approuvées jusqu’alors, réunions populaires où les femmes dominaient, où il y avait jusqu’à des enfants. C’est à Bancal qu’elle fait part de ce projet et sa lettre se termine par ce mot où l’avenir retentit :

« Adieu. J’espère que nous nous reverrons. »

Cependant on ne savait que faire du roi. Aux Jacobins, Danton proposa de le déclarer imbécile, au nom de l’humanité. Mme Roland voulait une consultation nationale et que tous les Français répondissent par oui ou par non à la question de savoir s’ils voulaient conserver la forme monarchique du gouvernement.