Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et de même toute la science et toute l’histoire et toute l’exégèse,

La machine de la controverse et l’énorme appareil de la catéchèse,

L’âme comme par des mains exquises débridée et dessinée devant nos yeux fibre à fibre,

L’enfer et le ciel, tous les deux éternels, et parfaitement nets, et livrés au seul choix de l’esprit clairvoyant et libre,

Tous ces chemins étranges et bénis, corniches, ponts, défilés, tunnels, et qui mènent tous à Rome,

Ne sont là que pour aboutir à notre consentement gratuit comme la grâce, tel qu’un pacte conclu d’homme à homme.

Je n’ai pas besoin d’aucune preuve, et l’oreille tendue à ce que le prêtre récite,

Je crois cela, Seigneur, simplement parce que c’est Vous qui le dites.