Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous ne voulez pourtant pas me faire dire que je vous aime.

Non ! J’ai beau essayer, cela me reste dans la bouche.

Et il n’est pas facile de vous dire ce qu’on veut, mais vous avez l’air tout de suite si loin quand vous le voulez.

Mais nos vies à tous les trois depuis de longues années, la vôtre, celle de votre frère,

Oui, elles furent tellement réunies, dans la souffrance, dans la lutte, dans l’espoir, dans la misère !

Oui, mon enfant, et dans ce qui n’est pas considéré de ce côté-ci de la mer comme la stricte honnêteté. — Par les honnêtes gens comme mon père.

Je tiens tellement à vous, mon bel ange lointain à mes côtés, est-il possible que nous soyons séparés ?


Lumîr

Ce n’est pas ma faute.


Louis

Vous m’avez sauvé la vie !


Lumîr

Ça suffit à vous donner tous les droits ?