Page:Claudel - Trois poëmes de guerre.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ce qui sonne joyeusement en face n’est pas tout !

Il y a une grande armée sans aucun bruit qui se rassemble derrière vous !

Depuis Louvain jusqu’à Réthel, depuis Termonde jusques à Nomény,

Il y a de la terre mal tassée qui s’agite et une grande tache noire qui s’élargit !

Il y a une frontière derrière vous qui se referme plus infranchissable que le Rhin !

Écoute, peuple qui es parmi les autres peuples comme Caïn !

Entends les morts dans ton dos qui revivent, et dans la nuit derrière toi pleine de Dieu,

Le souffle de la résurrection qui passe sur ton crime populeux !

Peuple de sauterelles mangeur d’hommes, le temps vient que tu seras forcé de reculer !

Le vestige que tu as fait dans le sang, pas à pas le temps vient que tu vas y repasser !

Viens avec nous, peuple casqué. Il y a trop de choses entre toi et nous à jamais pour nous en dessaisir !