Page:Collins - Le Secret.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sans m’avoir fait jurer ceci. Pourvu que je tienne strictement les promesses jurées, comment pourrait-elle venir me tourmenter ? Qu’ai-je besoin de faire plus ? Et ne puis-je risquer ce qui peut m’arriver de pis, pourvu que j’aie rempli les obligations que m’impose la parole donnée, la main sur la Bible ? »

Ainsi se raisonnait-elle, sans oser davantage : car en plein air, au grand jour, ses craintes superstitieuses la dominaient encore, comme la nuit, dans sa chambre, elles l’avaient dominée. Elle s’arrêta donc en ses déductions, et continuant à défriper, à lisser la lettre, elle se remettait en mémoire les termes de l’engagement solennel que mistress Treverton avait exigé d’elle.

En quoi consistait cet engagement ? Elle avait promis de ne pas détruire la lettre, promis de ne pas l’emporter avec elle, si elle venait à quitter la maison. En outre, elle ne pouvait se dissimuler le vœu formé par mistress Treverton que ce document fût remis à son époux : mais ce vœu obligeait-il la personne qui en était dépositaire ? Oui, certes, à certain degré ! L’obligeait-il comme eût fait un serment prêté par celle-ci ? Non, à coup sûr.

Arrivée à cette conclusion, Sarah leva les yeux. Ils s’arrêtèrent tout naturellement sur cette façade abandonnée que nous avons décrite ; peu à peu, ils furent comme attirés par l’une des fenêtres, celle du milieu, à l’étage inférieur, plus grande que les autres, et d’un aspect plus sévère. Tout à coup ils s’animèrent, un éclair y passa qui exprimait une idée. Elle frémit ; une rougeur légère lui monta aux joues, et elle s’avança d’un pas vif vers les murs du vieux bâtiment.

Les vitres de la grande fenêtre, jaunies par la poussière et l’humidité, étaient irrégulièrement encadrées par les toiles d’araignée. Au-dessous, et sur un petit tertre qui avait jadis supporté quelques massifs de fleurs ou d’arbrisseaux, un monceau de plâtras et de débris divers s’était graduellement accumulé. Une bordure irrégulière de mauvaises herbes et de plantes parasites dessinait encore la forme oblongue de l’ancienne plate-bande. D’une allure encore irrésolue, Sarah Leeson en fit le tour, à chaque pas regardant la fenêtre sous laquelle, parvenue enfin, elle s’arrêta. Puis, jetant un rapide coup d’œil sur la lettre qu’elle tenait à la main :

« Je risque l’aventure, » se dit-elle enfin d’un ton bref.