Page:Collins - Le Secret.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mot grossier de coffre (l’intérêt que je porte à sa charmante élève rendra excusables pour miss Sturch ces particularités physiologiques), est en réalité un appareil. Oui, miss Sturch, au point de vue de la digestion, les plus jeunes, les plus belles ne sont que cela : un appareil. Huilez vos rouages si vous le voulez, mais gare à vous s’ils s’obstruent. Des poudings farineux et des côtelettes de mouton ; des côtelettes de mouton et des poudings farineux, voilà, si j’avais autorité sur eux, la consigne des parents d’un bout de l’Angleterre à l’autre. Voyez-moi, chère petite, et comprenez-moi. Ces petites balances qui vous font sourire, rien de plus sérieux, mon enfant, et rien de plus triste. Voyez : dans un des plateaux je place du pain sec… bien sec, Amélia, du pain de la veille, et dans l’autre, quelques poids d’une once chacun. « Monsieur Phippen, me dit l’Expérience, pesez vos aliments, mangez chaque jour, à un cheveu près, la même quantité, et gare à vous si vous venez à excéder cette ration quotidienne, encore qu’elle se compose uniquement de pain sec. » Vous croyez que je plaisante, Amélia, mais c’est là le langage des médecins ; des médecins qui ont, dans toutes ses parties, scruté mon appareil depuis trente ans, essayant un organe après l’autre avec leurs petites pilules, et sans jamais découvrir où gît l’obstruction qui en entrave le fonctionnement. Si vous y pensez, Amélia, si vous pensez à l’appareil obstrué de M. Phippen, vous en viendrez bientôt à refuser ce qu’on vous offrira de plus appétissant… J’empiète sur votre domaine, miss Sturch, et je vous prie de ne vous en point formaliser ; mais l’intérêt que je porte à cette aimable enfant, et la triste expérience que j’ai faite de ces tortures à têtes d’hydre… Chennery, cher ami, de quoi parlions-nous donc ?… Ah ! de la fiancée, de l’intéressante fiancée. C’est donc une Treverton du Cornouailles ? J’ai un peu connu Andrew, il y a de cela bien des années… Un misanthrope, un original… Célibataire comme moi, miss Sturch !… Dyspeptique comme moi, petite Amélia… Je suppose que le capitaine ne lui ressemble guère… Donc, voilà cette jeune personne devenue femme ? Une charmante jeune fille, je n’en doute pas… Charmante jeune fille, n’est-il pas vrai ?

— Je n’en sais pas au monde de meilleure, de plus loyale, de plus jolie, répondit le ministre.

— Personne vive, énergique, dit miss Sturch.

— Comme elle va me manquer ! ajouta miss Louisa. Per-