Page:Collins - Le Secret.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veuve… et c’est la première fois que nous louons en garni… et le mobilier nous a pris tout notre pauvre argent… et… Ô mam, mam !… comment nous y retrouver, si vous quittez ? »

Ici les paroles manquèrent à miss Mowlem, et des sanglots convulsifs en prirent la place…

« Rosamond !… » dit M. Frankland, et cette fois sa voix exprimait un vrai chagrin, en même temps qu’elle avait un accent de reproche.

L’oreille de Rosamond saisit aussitôt cette nuance. Dès qu’elle eut jeté les yeux de son côté, elle changea de couleur, baissa un peu la tête, et toute son attitude fut modifiée à l’instant même. Elle se glissa doucement auprès de son mari, avec un regard attendri et attristé, puis posant près de son oreille des lèvres qui semblaient la caresser :

« Lenny, lui dit-elle tout bas… est-ce que je vous ai fâché ?

— Rosamond, vous ne pouvez me fâcher, répondit-il avec calme… J’aurais seulement désiré que vous vous fussiez contenue un peu plus tôt.

— J’en ai tant, tant de regret ! » Et les fraîches lèvres, murmurant ces mots de repentir, se rapprochaient encore davantage des oreilles où ils tombaient ; et une petite main rusée, se glissant derrière le cou du jeune homme, allait se jouer dans ses cheveux… « J’ai tant de regret et je suis si honteuse !… Mais aussi, convenez-en, n’y avait-il pas de quoi s’emporter tout d’abord ?… Pourtant, Lenny, voue me pardonnerez, n’est-il pas vrai ?… surtout quand je vous aurai promis de ne plus jamais m’emporter ainsi ?… Ne faites pas attention à cette petite pleurnicheuse qui geint là-bas derrière la porte… ajouta Rosamond, se laissant distraire de ses remords par la vue de miss Mowlem qui continuait à pleurer, appuyée contre le mur, et cachant son visage dans un mouchoir d’une blancheur douteuse… Je me charge d’elle, je sécherai ses larmes, je l’emmènerai d’ici… Je la consolerai de toutes les manières, pourvu seulement que vous me pardonniez.

— Un ou deux mots de politesse, il n’en faut pas davantage… un ou deux mots, et ce sera bien assez, dit M. Frankland très-froidement et d’un air contraint.

— Allons, voyons, ne pleurez plus, pour l’amour de Dieu ! dit Rosamond allant tout droit à miss Mowlem ; et sans beaucoup de cérémonie, elle écartait de son visage le mouchoir d’un blanc douteux… Allons, vous allez vous en aller, n’est-ce pas ?