Page:Collins - Le Secret.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LIVRE III.


CHAPITRE PREMIER.

Timon de Londres.


Timon d’Athènes, quittant un monde ingrat, s’était retiré dans une grotte au bord de la mer ; Timon de Londres, fuyant ses semblables, dans une maison isolée du côté de Bayswater. Timon d’Athènes épanchait sa misanthropie en vers magnifiques ; Timon de Londres manifestait ses sentiments en vile prose. En s’adressant à Timon d’Athènes, on lui disait humblement : « Monseigneur. » En parlant à Timon de Londres, on n’employait que la formule beaucoup plus simple de : « Monsieur Treverton. » À tant de contrastes on ne pouvait guère opposer qu’un seul point de ressemblance, et c’était celui-ci : la misanthropie des deux Timon était également sincère ; tous deux haïssaient leurs semblables d’une haine incorrigible.

Le caractère d’Andrew Treverton avait, dès l’enfance, offert ces reliefs et ces lacunes contradictoires, ce mélange incompréhensible de bien et de mal, que, dans son langage indifférent et sans précision, le monde qualifie dédaigneusement « d’excentricité. » On a défini l’homme « un animal imitatif, » et l’exactitude de cette définition se trouve surtout justifiée par la condamnation que ne manque jamais d’encourir tout membre de l’espèce assez hardi pour être lui-même et ne ressembler à personne autre. L’homme est partie intégrante d’un vaste troupeau : malheur à lui si sa laine n’est pas de la couleur ordinaire ! Il lui faut boire quand le reste boit ; partir quand le reste part. Ses semblables venant à s’effrayer devant un chien et à décamper du pied droit, il faut qu’il s’effraye aussi et décampe de même, du pied droit, non de l’autre. Si