Page:Conan - Physionomies de saints, 1913.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44
PHYSIONOMIES DE SAINTS

Le saint sourit sans répondre.

— Je l’affirme, continua le maître, que j’ai vu deux autres laboureurs qui ont disparu comme je m’approchais.

— Je n’ai appelé que Dieu à mon aide », répondit simplement Isidore.

Dieu avait envoyé ses anges. Jean de Vergas le comprit, il ne crut plus que la messe nuisît au travail et n’écouta jamais aucune plainte contre son fermier.

Le saint honorait singulièrement son maître. Plusieurs fois il usa en sa faveur de son crédit auprès de Dieu. Ainsi pour soulager sa soif, d’un coup de gaule, il fit un jour, jaillir une fontaine de la terre aride. Une autre fois, touché de son affliction, il ressuscita sa fille.

Isidore prédit sa dernière heure et s’en alla de cette vie aussi tranquillement qu’il revenait des champs, sa journée faite. D’éclatants miracles attestèrent sa sainteté. Son corps, retiré du cimetière, fut déposé dans l’église de saint André. Il est encore frais et entier.

Le patron des cultivateurs est aussi le patron de la capitale de l’Espagne.

« Philippe iii, roi d’Espagne, revenant de Lisbonne, se trouva si mal à Casarubios del Monte que les médecins désespérèrent de sa vie. On ordonna une procession du clergé, de la cour et du peuple de Madrid dans laquelle on porterait les reliques du saint à la chambre du prince mourant. À peine la châsse fut-elle sortie de l’église que la fièvre quitta Philippe, et il se trouva parfaitement guéri lorsqu’elle entra dans sa chambre ».

Ce miracle est appuyé sur des témoignages qu’on ne peut récuser.

L’année suivante, on tira le corps de saint Isidore de la châsse où il était, afin de le mettre dans une autre beaucoup plus riche. Elle coûta seize cents ducas d’or.