Page:Conan - Si les Canadiennes le voulaient, 1886.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 31 —

usages font partie essentielle de notre vie nationale.

Mme Dermant

En attendant qu’elles le comprennent, c’est toujours un peu de notre force qui s’en va.

M. Vagemmes

Et nous aurions tant besoin de la conserver tout entière ! Pour bien faire, il faudrait que les Canadiennes fussent comme les prêtres qui ne s’anglifient pas.

Mme Dermant

Les Canadiennes iront s’anglifiant de plus en plus.

M. Vagemmes

C’est à craindre. Mais avez-vous remarqué cette chose singulière et consolante ? l’anglification n’atteint pas nos prêtres. Ni vous, mesdames, ni moi, ni personne n’avons jamais connu un prêtre canadien anglifié. Je vous avoue que c’est une chose qui — avec bien d’autres — me pénètre de reconnaissance pour notre clergé.

Mme Dermant

Je l’ai souvent remarqué : nos prêtres