Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


conditions que les deux corps ſoient de même métal & de même groſſeur, ſont ſuperflues ; & la derniere paroît ſuppoſer que la vue peut, ſans le ſecours du tact, donner differentes idées de grandeur. Cela étant, on ne voit pas pourquoi Locke & Molineux nient qu’elle puiſſe toute ſeule diſcerner les figures.