Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




D’un aveugle-né, à qui les cataractes ont été abaiſſées. L’aveugle-né ne vouloit pas ſe prêter à l’opération.

Monſieur Chezelden, fameux chirurgien de Londres, a eu pluſieurs fois occaſion d’obſerver des aveugles-nés, à qui il a abaiſſé les cataractes. Comme il a remarqué, que tous lui ont à peu près dit les mêmes choſes ; il s’eſt borné à rendre compte de celui dont il a tiré le plus de détails. C’étoit un jeune homme de treize à quatorze