Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ans. Il eut de la peine à ſe prêter à l’opération ; il n’imaginoit pas ce qui pouvoit lui manquer. En connoîtrai-je mieux, diſoit-il, mon jardin ? M’y promenerai-je plus librement ? D’ailleurs, n’ai-je pas ſur les autres l’avantage d’aller la nuit avec plus d’aſſurance ? C’eſt ainſi que les compenſations qu’il trouvoit dans ſon état lui faiſoient préſumer qu’il étoit tout auſſi bien partagé que nous. En effet, il ne pouvoit regretter un bien qu’il ne connoiſſoit pas.

Invité à ſe laiſſer abattre les cataractes, pour avoir le plaiſir de diverſifier ſes promenades, il lui paroiſſoit plus commode de reſter