Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans les lieux qu’il connoiſſoit parfaitement ; car il ne pouvoit pas comprendre qu’il pût jamais lui être auſſi facile de ſe conduire à l’œil dans ceux où il n’avoit pas été. Il n’eût donc point conſenti à l’opération, s’il n’eût ſouhaité de ſavoir lire & écrire. Ce ſeul motif le décida ; & l’on commença par abaiſſer la cataracte à l’un de ſes yeux.

état de ſes yeux avant l’opération. Il faut remarquer qu’il n’étoit point ſi aveugle, qu’il ne diſtinguât le jour d’avec la nuit. Il diſcernoit même à une grande lumiere, le blanc, le noir & le rouge. Mais ces Senſations étoient ſi différentes de celles qu’il eut dans la ſuite, qu’il ne